samedi 24 septembre 2016

Le silence des bombes = Jason Hewitt

Juillet 1940. La petite Lydia, 11 ans, traverse un village du Suffolk. Elle porte un masque à gaz. Les magasins sont fermés, les maisons vides, les fenêtres condamnées. Lydia coupe à travers champs et arrive bientôt devant une grande demeure. C'est là qu'elle a grandi. La fillette espère y retrouver sa famille, mais la maison est déserte. Plus tard, dans la nuit, un soldat portant un fusil et un uniforme anglais pénètre dans la maison. Avec un étrange accent, il lui explique qu'il ne lui fera pas de mal, mais qu'elle ne doit pas quitter les lieux et qu'elle doit obéir à certaines règles... Dit-il la vérité ? Que cherche-t-il ? Pourquoi lui semble-t-il aussi familier ? Et surtout, comment connaît-il le nom de Lydia ?

Aussi envoûtant que déchirant, un magnifique roman où le fracas de la guerre rencontre l'émotion des destins brisés. Entremêlant petite et grande histoire, Le Silence des bombes pose la question de la possibilité de la rédemption, et de ce qui nous fait garder, ou pas, notre part d'humanité. (Amazon)

"Un premier roman d'une maîtrise stupéfiante" The Guardian

Mon avis : 
Une ambiance, une solitude, un silence... une petite fille et un inconnu. Un homme. On va découvrir leur histoire à travers des souvenirs. Deux êtres, deux vies dont seul le récit va animer les pages du roman et faire vivre cette  histoire. 
La guerre est évoquée, la tristesse glisse entre les lignes et un fait évident apparaît : l'homme et la fille si différents nous frappent par leur similitude. 


Ma note : 2,8/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire