vendredi 26 octobre 2012

Le collier de rubis


Revue de presse
Sujet : Voici la suite de «L'espionne du Roi-Soleil». Alix de Maison-Dieu apprend que son frère, Louis-Etienne, est emprisonné au Mont Saint-Michel. Avec l'accord du Roi, elle se rend sur place afin de le délivrer. Pendant ce temps, sa mère aperçoit le fameux collier de rubis au cou d'un comédien, et essaie par tous les moyens de le récupérer...
Commentaire : Il est préférable d'avoir lu «L'espionne du Roi-Soleil» avant de lire ce roman. Les deux intrigues - le Mont Saint-Michel et le collier de rubis- sont menées de front, à un rythme soutenu et le suspense est présent tout au long du livre. Alix de Maison-Dieu est un personnage plein de volonté et de détermination, ce qui la rend attachante. L'auteur a choisi de centrer son récit sur les aventures de la famille Maison-Dieu, et on peut parfois regretter le nombre restreint de descriptions de l'époque. L'ensemble reste fort agréable à lire, mené avec adresse. -- www.choisirunlivre.com

Présentation de l'éditeur
Alix de Maison-Dieu, " l'espionne du Roi-Soleil ", apprend par un moine que son frère, Louis-Etienne, est retenu prisonnier au Mont-Saint-Michel. Avec l'accord de Louis XIV, Alix, accompagnée de son cher cousin Antonin et d'une solide escorte, se rend sur les lieux. Dans le même temps, le fameux collier de rubis dérobé à la marquise de Maison-Dieu réapparaît au cou d'un comédien de foire. Alix réussira-t-elle à sortir Louis-Etienne de la terrible cage de fer ? Le précieux bijou reviendra-t-il dans la famille de Maison-Dieu. (Amazon)

Mon avis: 
J'ai préféré de loin le livre de Annie Jay "Au nom du roi" pour son intrigue et le côté trépidant de l'histoire. Cette oeuvre d'Annie Pietri nous emmène à l'époque de Louis XIV. Le décor y est bien planté, l'ambiance bien décrite et son écriture est fluide. C'est un petit roman gentillet, sans plus. Bon, et puis, je n'avais pas vu que c'était la suite de "l'espionne du roi soleil" mais cela se lit très bien. 

Ma note : 3/5

lundi 22 octobre 2012

Au nom du Roi


Présentation de l'éditeur
Paris, 1671. Exupère Lecoq, dix-sept ans, beau, dégourdi et de bonne éducation, se voit confier la mission de garde du corps auprès du fils de Madame de Sévigné. Depuis quelques temps, en effet, de riches jeunes gens disparaissent mystérieusement. Une femme serait à l'origine de ces enlèvements. Qui est-elle ? Quel est son but ? Exupère va lui servir d'appât ou, du moins, le faire croire à la belle meurtrière.
Biographie de l'auteur
Annie Jay est une lectrice insatiable, passionnée d'histoire. Elle rencontre un grand succès avec ses trois romans historiques, Complot à Versailles, A la poursuite d'Olympe et Au nom du roi... dans lesquels elle exprime pleinement son talent d'auteur de jeunesse. (Amazon)
Mon avis : 
Super!! L'auteur a une très belle plume qui s'adapte à l'ambiance, à l'époque et... aux jeunes. L'intrigue y est, les personnages sont attachants, drôles parfois, et attendrissant. On sent que l'auteur est une passionée d'histoire et nous le transmet comme il se doit. 
J'ai dû effectuer cette lecture dans le cadre pro, histoire de me plonger dans l'ambiance, la Cour, les marquis, marauds et autres personnages, et je dois avouer que je n'ai pas été déçue. 

Ma note : 5/5

samedi 20 octobre 2012

La farce du cuvier en BD


Histoire
Jacquinot, homme du peuple, doit obéir à sa femme et à sa belle-mère, qui veulent le soumettre à tous les travaux domestiques du logis. Mais il doit aussi la baiser 5 à 6 fois par jours !! Elles lui imposent donc un "rôlet", liste des travaux qu'il aura à effectuer.
Finalement, soumis, Jacquinot aide sa femme pour faire sa lessive au bord du cuvier, un grand baquet qui contient le linge sale. Sa femme bascule alors dans le cuvier. Tempêtant et suppliant son époux, elle est sur le point de mourir noyée. Jacquinot lui répond simplement que la sortir de l'eau ne fait pas partie de sa liste.
Il ne se décide finalement à tirer sa femme du cuvier qu'après la promesse qu'il sera dorénavant maître chez lui, et qu'elle devra lui obéir. (Wikipédia)

Mon avis : 
Enchantée d'avoir lu cette petite pièce de théâtre méconnue. Une histoire qui se lit facilement et en BD le plaisir est augmenté. 
J'attends de trouver d'autres titres pour me replonger dans cette lecture quelques fois un peu laborieuse due à la langue de Molière. 

Ma note : 5/5

vendredi 19 octobre 2012

La modiste de la reine


Présentation de l'éditeur
Jeune couturière pauvre, elle quitte Abbeville et sa Picardie natale pour venir travailler à Paris. Elle vole vite de ses propres ailes et ouvre son magasin : Le Grand Mogol. Le règne de Louis XV touche à sa fin. Bientôt, elle prend le chemin de Versailles et sa vie s'éclaire d'une rencontre inattendue, une flamboyante et royale amitié. En Rose Bertin Marie-Antoinette a trouvé son ministre des modes. Coiffure à la Belle Poule, pouf aux sentiments, chapeau feu d'opéra, bonnet à la chercheuse d'esprit ou en sorcière, quès aco... Les créations de la divine Bertin explosent de diversité, d'invention. Et Paris devient la capitale du bon goût. Avec ce roman vrai, Catherine Guennec exhume un destin de femme éblouissant, audacieux, traversé de hasards magnifiques, d'amours secrètes, d'amitiés indéfectibles. Où l'on croise Jeanne du Barry, Vigée Le Brun, la Polignac, Marie-Thérèse de Lamballe, le Chevalier d'Eon, Chateaubriand, Greuze, Paul Ier de Russie... Et où se rejoignent, pour le dernier bal, tous les acteurs insouciants d'une page de l'histoire qui s'achève. (Amazon)

Mon avis : 
Marie Jeanne, tel était son prénom avant qu'elle ne vole de ses propres ailes. Rose, sonnait mieux. En effet, d'apprentie acharnée elle devient très vite une couturière très prisée. Elle prend son envole et ouvre sa propre affaire au sein de Paris et la Cour ne cesse de faire appel à cette couturière pleine de talent et d'idées nouvelles. On est plongés dans les tissus, les rubans, la soierie, les brocards, les poufs... bref, tout ce qui touche la mode en passant par la coiffure. C'est un roman coloré mais avec un tout petit hic... il faut se familiarisé avec le langage. Ce récit étant celui des mémoires de Rose, les phrases employées et le vocabulaire sont d'époque (ou presque). cela peut 'ralentir" un peu la lecture. Et puis, on se perd un peu dans les descriptions, deuxième petit hic qui a fait que je n'ai pas pleinement apprécié ce roman mais cela n'a pas empêché un petit voyage au temps de Marie-Antoinette!
Oh, d'ailleurs, je me suis laissée tenter par son petit dictionnaire sur les injures d'époque ! Mouais... 

Ma note : 2,5/5

vendredi 12 octobre 2012

Les précieuses ridicules en BD

Du Croisy et La Grange, jeunes seigneurs, désirent épouser Cathos et Magdelon, fille et nièce du bourgeois Gorgibus. Lors de leur entretien, les jeunes filles se montrent tout à la fois prudes, coquettes et fort désagréables envers les jeunes messieurs, qu'elles considèrent désuets. Ils ignorent en effet tout de leur univers de précieuses et ne ressemblent en rien aux héros du Grand Cyrus, leur bible ! Outrés de ce comportement à leur égard, les deux hommes décident de se venger. Aidés du valet Mascarille, ils entreprennent de prendre les jeunes damoiselles à leurs propres jeux, tandis que Gorgibus, au comble de l'exaspération, les somme de se marier sous peine de les mettre au couvent ! (Amazon)

Mon avis : 
C'est vraiment par hasard que je suis tombée sur cette BD... je me suis rendue à la bibliothèque pour rendre un livre, je vais faire un tour du côté de la section jeunesse (histoire de !) et... que vois-je? Une pièce de Molière en BD!!!! Je ris beaucoup. La lecture de cette pièce de théâtre est amusante mais illustrée c'est encore mieux et surtout moins barbant. 
J'ai adopté cette formule! Génial pour se remettre dans le bain !

Ma note : 5/5

mercredi 10 octobre 2012

La malédiction d'Old Haven


Revue de presse
Sujet : L'heure est venue pour Mary de quitter l'orphelinat de la Sainte Charité, ce couvent où les soeurs l'ont recueillie 17 ans auparavant. A elle maintenant de prendre sa vie en mains. Partie pour Boston, la jeune fille s'arrête à Old Haven, vieux village dont elle a l'impression de connaître les paysages. C'est là que fut brûlée vive une sorcière du nom de Lisbeth Wickford. En digne descendante de cette lignée, Mary se révèle une sorcière puissante. Epaulée par la Fraternité d'York, communauté de sorciers désireux de rétablir la liberté, elle fuit l'empereur despotique de cette Amérique de 1723. Sous les ordres de ce derniers, les inquisiteurs font régner la terreur, servant ses projets de grandeur suprême qui mettent le monde en danger. Capturée par des pirates puis enfermée à la cour du tyran, Mary se retrouve au coeur du conflit qui oppose deux magies.
Commentaire : Paysages tourmentés, constructions extraordinaires, complots de sorcières, mages cachés, pirates, dragons et autres personnages fantastiques... Combinés dans une ambiance à la fois médiévale, futuriste et d'un autre monde, ces éléments participent à rendre l'intrigue de ce long roman au style fluide à la fois originale et captivante. Les décors s'enchaînent, obligeant Mary et ses aides à toujours aller de l'avant. Difficile en effet de revenir dans un lieu, aussi plaisant soit-il lorsqu'il a été détruit. La violence des sentiments et des actions parfois spectaculaires dont l'issue ne manque jamais de suspense, ne laisse guère de place à la sérénité et accentue l'atmosphère noire du récit. La religion prend une place importante dans le conflit qui oppose les deux magies. La description de la philosophie prônée par cette nouvelle inquisition catholique impitoyable et ambitieuse qui traque puritains et autres opposants au régime, comporte le risque de troubler les lecteurs les moins mûrs.

Âge : Dès 15 ans -- www.choisirunlivre.com --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Présentation de l'éditeur
1723, Gotham. Mary Wickford, jeune orpheline à la beauté flamboyante, quitte le couvent et les soeurs qui l'ont recueillie dix-sept ans plus tôt. En route vers l'est, la jeune fille s'arrête dans le vieux village d'Old Haven où règne une atmosphère lourde de secrets. Sans jamais être venue, elle connaît ces paysages de brumes et de ténèbres... C'est ici que fut brûlée vive, jadis, une sorcière du nom de Lisbeth Wickford... (Amazon)

Mon avis : 
L'histoire a commencé sur les chapeaux de roue. J'ai été tout de suite happée par l'ambiance et la vie de Mary. Mais malheureusement j'ai trouvé qu'il y avait des passages un peu longuets et 250 pages en moins auraient amplement suffit. Mary découvre qu'elle a hérité des pouvoirs d'une sorcière mais les chapitres qui relatent son apprentissage sont un tantinet trop longs. De l'action on passe un peu à la passivité pour revenir en trombe dans l'action les 70 dernières pages. Dommage dommage... le style est plutôt agréable, heureusement, et les personnages attachants. 

Ma note : 3/5