vendredi 19 octobre 2012

La modiste de la reine


Présentation de l'éditeur
Jeune couturière pauvre, elle quitte Abbeville et sa Picardie natale pour venir travailler à Paris. Elle vole vite de ses propres ailes et ouvre son magasin : Le Grand Mogol. Le règne de Louis XV touche à sa fin. Bientôt, elle prend le chemin de Versailles et sa vie s'éclaire d'une rencontre inattendue, une flamboyante et royale amitié. En Rose Bertin Marie-Antoinette a trouvé son ministre des modes. Coiffure à la Belle Poule, pouf aux sentiments, chapeau feu d'opéra, bonnet à la chercheuse d'esprit ou en sorcière, quès aco... Les créations de la divine Bertin explosent de diversité, d'invention. Et Paris devient la capitale du bon goût. Avec ce roman vrai, Catherine Guennec exhume un destin de femme éblouissant, audacieux, traversé de hasards magnifiques, d'amours secrètes, d'amitiés indéfectibles. Où l'on croise Jeanne du Barry, Vigée Le Brun, la Polignac, Marie-Thérèse de Lamballe, le Chevalier d'Eon, Chateaubriand, Greuze, Paul Ier de Russie... Et où se rejoignent, pour le dernier bal, tous les acteurs insouciants d'une page de l'histoire qui s'achève. (Amazon)

Mon avis : 
Marie Jeanne, tel était son prénom avant qu'elle ne vole de ses propres ailes. Rose, sonnait mieux. En effet, d'apprentie acharnée elle devient très vite une couturière très prisée. Elle prend son envole et ouvre sa propre affaire au sein de Paris et la Cour ne cesse de faire appel à cette couturière pleine de talent et d'idées nouvelles. On est plongés dans les tissus, les rubans, la soierie, les brocards, les poufs... bref, tout ce qui touche la mode en passant par la coiffure. C'est un roman coloré mais avec un tout petit hic... il faut se familiarisé avec le langage. Ce récit étant celui des mémoires de Rose, les phrases employées et le vocabulaire sont d'époque (ou presque). cela peut 'ralentir" un peu la lecture. Et puis, on se perd un peu dans les descriptions, deuxième petit hic qui a fait que je n'ai pas pleinement apprécié ce roman mais cela n'a pas empêché un petit voyage au temps de Marie-Antoinette!
Oh, d'ailleurs, je me suis laissée tenter par son petit dictionnaire sur les injures d'époque ! Mouais... 

Ma note : 2,5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire