lundi 31 décembre 2012

La vie de ma mère !


Amazon.fr
Depuis la prison où il a été incarcéré, un adolescent anonyme raconte quelques épisodes de sa vie sur une cassette destinée au juge. Son père a quitté la famille, et dès son plus jeune âge, il a vécu seul avec sa mère, standardiste de nuit dans un hôpital parisien. Sa sœur, qui vit avec un Portugais, travaille dans la coiffure, et son frère aîné, dans un garage en province. Ses médiocres résultats scolaires l'envoient dans une section d'éducation spécialisée, il fait quelques progrès et tombe amoureux de Clarisse, une gamine de sixième. Mais sa rencontre avec une bande de petits délinquants va bientôt l'entraîner sur une pente dangereuse.
La Vie de ma mère raconte un fait divers banal, sans pathos d'aucune sorte. Thierry Jonquet a su habilement reconstituer la réalité sociale telle que peut la percevoir un adolescent démuni. La force de ce récit, qui donne directement la parole à un très jeune exclu, est liée à l'écriture choisie, à ce langage si spécifique aux jeunes de milieux défavorisés – comme le verlan. À telle enseigne que cet ouvrage est recommandé dans les milieux enseignants... --Claude Mesplède --

Quatrième de couverture
Ce n'est pas l'histoire de sa mère car de mère, il en a si peu. Elle n'est jamais là, elle travaille comme standardiste de nuit à Lariboisière. Elle fait de son mieux. Alors il vit sa vie tant bien que mal et la raconte dans son langage à lui, le môme des cités. Il n'est pas fort en rédaction, mais lui aussi fait de son mieux...

Mon avis :
Choquant ! Mais tellement dans la réalité. Un récit qui nous donne la chair de poule et qui nous montre à quel point les enfants des cités sont mal encadrés et peuvent rapidement "basculer" du côté "sombre" en toute innocence. Le fric ou la thune facile... c'est là le problème. 
Thierry Jonquet nous offre un échantillon de la vie d'un collégien, français, des cités avec son parler "zonard" qui va bien. Accrochez-vous...la vérité! Lol....
C'est le 2e livre que je lis de cet auteur qui démontre la "pauvreté" de l'ambiance stagnante des cités françaises. Je ne peux pas dire que cette lecture soit "agréable", mais utile ? Oui, il faut le savoir !! C'est terrifiant.... 

Ma note : 3,5 / 5

vendredi 28 décembre 2012

Quand souffle le vent du nord

Un homme et une femme. Ils ne se connaissent pas mais échangent des mails. Jusqu à devenir accros. Jusqu à ne plus pouvoir se passer l un de l autre, sans se rencontrer pour autant... Savoureuse et captivante, cette comédie de m urs explore avec finesse et humour la naissance du sentiment amoureux. (Amazon)

Mon avis: 

Un coup de coeur terrible!!! On ne peut mieux décrire et illustrer les questions que nous nous posons... peut-être pas dans cette même situation. Cet échange de mails qui a commencé par une erreur et qui, au fil du temps on ne parvient plus à se détacher de son destinataire "virtuel", inconnu au début...
Franchement, la fin nous laisse sur notre faim et je viens de découvrir qu'il existe une suite! OUI, UNE SUITE!! VITE, LA SUITE!! Alors... suite au prochain volume.... et merci au challenge "hiver" !! 

Ma note :    5+++ Coup de coeur!! 

mardi 25 décembre 2012

L'énigme des Blancs-Manteaux


Présentation de l'éditeur
En 1761, le jeune Nicolas Le Floch quitte sa Bretagne natale pour entrer au service de M. de Sartine, chef des affaires secrètes de Louis XV. Devenu l'un des espions du lieutenant général de police, Nicolas va vite découvrir la cruauté des hommes et la brutalité des complots : à Paris, dans le monde du crime, tout tourne autour du jeu, de la débauche et du vol qui communiquent par d'innombrables labyrinthes. Son premier meurtre le plonge au cœur des perversités de la capitale : un commissaire corrompu, une épouse ex-pensionnaire d'une maison de plaisir, un cadavre rue des Blancs-Manteaux, un bourreau médecin légiste à la morgue de la Basse-Geôle... Et si tout cela le conduisait trop près du roi et de Mme de Pompadour ? Une enquête qui fait revivre le Paris du XVIIIe siècle, son atmosphère, ses rues, ses passants, ses rites, ses crimes et ses mystères.
Biographie de l'auteur
Ambassadeur, spécialiste du XVIIIe siècle, Jean-François Parot nous plonge au cœur du Paris de Louis XV puis de Louis XVI. (Amazon)

Mon avis : 
Eh bien... un peu alambiquée comme écriture;Je dirais même qu'on s'y perd un peu avec toutes ces descriptions qui cassent l'élan de la lecture. Juste au moment où on sent que cela devient intéressant, on fait du surplace à cause d’explications qui n'en finissent plus. C'est dommage. Je m'en tiendrai à la série télévisée ^^.

Ma note...... je n'en donnerai pas. 

mardi 18 décembre 2012

Souvenirs de la cour d'assises


Quatrième de couverture
Fasciné par la machine judiciaire comme par les aperçus des replis de l'âme humaine que lui apporte son expérience de juré, l'écrivain André Gide assiste pendant plusieurs semaines à divers procès : affaires de mœurs, infanticide, vols… Dans ce texte dense et grave, Gide s'interroge sur la justice et son fonctionnement, mais surtout insiste sur la fragile barrière qui sépare les criminels des honnêtes gens.
Biographie de l'auteur
Né le 22 novembre 1869 à Paris, André Gide fait partie de l'entourage littéraire de Mallarmé et de Valéry dès 1891. Il fonde avec quelques amis La Nouvelle Revue Française en 1908, donnant trois ans plus tard aux Éditions de la N.R.F. l'une de leurs toutes premières publications, Isabelle. Par son œuvre, ses prises de position, ses nombreuses amitiés et ses voyages, il exerce durant l'entre-deux-guerres et au-delà un véritable magistère. Il reçoit le prix Nobel de Littérature en 1947 et meurt à Paris le 19 février 1951. (Amazon)

Mon avis : 
Eh bien.... on se rend compte tout de même que les affaires sont guère différentes de cette époque. Les crimes restent les mêmes mais la Justice... oui, la Justice, parlons-en.... on dirait tout de même qu'il y a davantage de discernement aujourd'hui. Heureusement !  C'est un témoignage intéressant. André Gide nous raconte, nous décrit des scènes d'audience quand il était juré... en effet, il se pose des questions quant au fonctionnement de cette justice qui, parfois, ne prend pas toujours la peine de juger avec logique...

Ma note : 4/ 5


vendredi 14 décembre 2012

Lady Grace


Présentation de l'éditeur
Sir Gérald a été assassiné ! Cette nuit, dans le palais même ! D'un coup de poignard dans le dos... L'homme que l'on a arrêté ce matin est innocent. J'en suis sûre. Je vais trouver le véritable coupable. Foi de Lady Grace ! Lady Grace, demoiselle d'honneur à la cour d'Elizabeth Ire, mène l'enquête dans les couloirs du palais et les ruelles de Londres. Suivez-la dans cette première aventure... (Amazon)

Mon avis : 
Un petit coup de coeur. J'ai vraiment aimé la fluidité de l'histoire et la fraîcheur du personnage. C'est un livre que j'ai lu dans le cadre professionnel, histoire de me plonger dans une ambiance de "Cour" et de "grandes robes" eh bien, c'est réussi ! Je pense lire la (les?) suite (s). 

Ma note : 5/5

Mémoire en cage


Amazon.fr
Qui ? Pourquoi ? Comment ? Telles sont les trois questions que se pose le commissaire Gabelou face à ses trois cadavres. Car il y a forcément un lien entre les corps carbonisés retrouvés dans l'appentis du jardinier de l'hôpital. Mais Gabelou nage dans le brouillard. Qui a tué le docteur Morier, responsable du service des infirmes moteurs et cérébraux ? Cynthia, la jeune handicapée en fauteuil électrique ? Et le père de Cynthia ? Et si l'un des trois avait tué les autres et s'était suicidé ensuite ? Mais lequel ?... Ce n'est pas Cynthia qui parlera. C'est bien dommage car, si Gabelou pouvait entendre sa confession, il verrait qu'il ne faut pas se fier aux apparences...
Récit d'une vengeance savamment fomentée, Mémoire en cage est l'un des premiers romans de Thierry Jonquet. D'une construction machiavélique, ce récit est un chef-d'oeuvre de suspense. Il met en scène une machination parfaitement orchestrée par un personnage qui cache admirablement bien son jeu. --Christophe Dupuis

Quatrième de couverture
Qui ? Pourquoi ? Comment ?Voilà les questions que se posait le commissaire Gabelou. Trois questions pour trois cadavres. Comment en était-on arrivé là ? La fatalité, l'injustice et la vengeance...Cynthia a beau être prisonnière de son fauteuil roulant et de son corps souffrant, elle n'est peut-être pas si débile qu'il y paraît. Sa vie est fichue alors il ne lui reste plus qu'à réussir la mort de l'ordure qui a tout gâché. Mais comment ?

Mon avis : 
Rien ne laisse imaginer qui est le tueur. Rien ne nous met sur la piste et pourtant... oui, pourtant les soupçons se posent sur tel ou tel personnage. Thierry Jonquet aura su mener cette intrigue avec beaucoup de tact. Cependant, ce n'est pas mon roman préféré.Sans doute à cause du contexte un peu... dérangeant. Sans doute à cause du vocabulaire utilisé, mais un vocabulaire qui se prête à l'ambiance...

Ma note : 2,5/5