mercredi 18 avril 2012

L'âge des méchancetés


Présentation de l'éditeur




Comment se débarrasser de la grand-mère de sa femme qui empoisonne la vie de tous les habitants de la maison ? Exaspéré, Itami décide d'envoyer la vieille dame chez un autre membre de la famille ; attachée sur le dos de sa petite-fille qui la porte comme un sac, la voilà en route ! Mais on ne se débarrasse pas impunément de ses aïeuls... Un texte féroce et dérangeant sur la vieillesse.


Mon avis : 


La quatrième de couverture ne nous en dit pas très long. On s'attendrait à lire une histoire un peu sarcastique mais non, c'est un réel problème que l'auteur traite dans cette histoire. Au Japon, il n'existait pas d'hospices pour les vieux et la famille devait en prendre soin jusqu'à ce qu’elles rendent l'âme. Souvent, la tâche revenait à l'aîné de la famille. Ces pauvres vieux devaient se sentir rejetés. L'auteur (mort à l'âge de 101 ans) nous présente la situation sans exagération. Une nouvelle de 100 pages qui ne nous laisse pas indifférents. 


Ma note : 5/5

dimanche 15 avril 2012

Wasurenagusa... ne m'oublie pas.


Présentation de l'éditeur

Après un premier mariage raté, Kenji Takahashi découvre qu'il est stérile. Accablé, il quitte la maison familiale. Seule compte encore pour lui sa nurse, Sono. Lorsqu'il fait la connaissance de Mariko, qui vit seule avec son fils Yukio, il en tombe amoureux et l'épouse contre l'avis de ses parents, qui le déshéritent. Quarante-six ans plus tard, retraité et affaibli, il recherche les traces de Sono. Au moment où il retrouve sa tombe, sur laquelle est inscrit le nom de la fleur de myosotis (wasurenagusa), il découvre le secret de ses origines et le malheur qui a frappé ses parents. (Amazon)

Mon avis : 

Une oeuvre qui met en valeur la vraie sensibilité japonaise. On est touché par l'histoire... qui a dit que les Japonais étaient rudes , froids et sans coeur ? Ici, vous avez la preuve du contraire. D'ailleurs, le Japonais n'est pas insensible, il a juste une façon différente de s'exprimer et de montrer ses sentiments. Bien entendu, les non-dits dans les familles ont toujours existé. 
J'ai hâte de découvrir les autres tomes... 

Ma note 5/5

vendredi 13 avril 2012

Héritage de Nicholas Shakespeare



Andy, un homme menant une vie plutôt monotone et ayant quelques problèmes à joindre les deux bouts à chaque fin de mois se rend aux funérailles d'un de ses anciens professeurs. Il pleut et son faire-part prend l'eau, l'encre a bavé. Il se trompe de chapelle et assiste à une autre cérémonie. Il va apprendre plus tard que le défunt léguait toute sa fortune aux personnes qui seraient présentes lors des derniers adieux. Se retrouvant à la tête d'une fortune du jour au lendemain, Andy va chercher à en savoir  plus sur ce mystérieux individu et au fil du temps, s'immiscer dans la vie de Christopher Madigan.


Mon avis : 



L'histoire commence par relater la vie monotone du personnage principal en insistant sur ses mésaventures. L'humour y est discrètement présent. Pas le temps de nous ennuyer ni de nous apitoyer sur le sort d'Andy car tout avance rapidement et rapidement nous nous retrouvons dans la vie du défunt. Je n'ai trouvé aucune description inutile dans ce roman. L'auteur écrit l'histoire d'un personnage dont on raconte l'histoire. Très vite on s'attache aux personnages. 




Il est intéressant de voir de quelle manière l'auteur arrive à nous captiver. On croit lire l'histoire de l'heureux gagnant mais pas du tout. De réelles surprises nous attendent de page en page. Au final, on découvre l'histoire de la vie d'un homme que peu de personnes auront connu.




Vous avez envie de passer un moment sympathique en vous fondant dans cette "drôle" d'histoire alors vous avez fait le bon choix. Ne vous fiez pas aux apparences et attachez-vous aux personnages. Ce roman ne vous chamboule pas mais vous permet de vous évader dans l'histoire de la vie privée de Christophe Madigan, le défunt. C'est une très  bonne lecture qui vous laisserait même dans la réflexion : et moi, si j'avais été à la place d'Andy, comment me serais-je comporter ? 


Merci à TOPLECTEUR France Loisirs pour l'envoi de ce livre. 


Petite note (Wikipedia)...

Nicholas Shakespeare (né le 3 mars 1957 à Worcester) est un romancier et biographe anglais.
Le 4 octobre 2008, Franck Pupunat le cita dans Motion F présentée par Franck Pupunat1. Le 22 janvier 2012, François Hollande, le confondant avec le célèbre dramaturge William Shakespeare, reprit cette citation dans un discours au Bourget : « Je me permets de citer Shakespeare, ils ont échoué parce qu'ils n'ont pas commencé par le rêve. »  => MDR !!!



Ma note : 4/5