dimanche 27 mars 2016

Lombre du vent = Carlos Ruis Zafon

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, « ville des prodiges » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : L’Ombre du Vent. (Amazon)

Mon avis : 

J'ai craint un peu au début, puis j'ai lu les paragraphes, j'ai tourné les pages sans pouvoir m'arrêter... un bijou que ce roman !! Le tissage est extraordinaire ! Du début jusqu'à la fin, on découvre la vie d'un personnage, d'un auteur, à travers le récit et les expériences des uns et des autres et ce commissaire effrayant qui ne nous rassure guère nous fait frémir jusqu'au bout. Un vrai coup de coeur !!
Vivement que je lise la suite ! 

Ma note : 5/5++

Ombre = Edgar Allan Poe

Vous qui me lisez, vous êtes encore parmi les vivants ; mais moi qui écris, je serai depuis longtemps parti pour la région des ombres. Car, en vérité, d’étranges choses arriveront, bien des choses secrètes seront révélées, et bien des siècles passeront avant que ces notes soient vues par les hommes. Et quand ils les auront vues, les uns ne croiront pas, les autres douteront, et bien peu d’entre eux trouveront matière à méditation dans les caractères que je grave sur ces tablettes avec un stylus de fer. (Amazon)

Mon avis : 
C'est du Allan Edgar Poe tout craché. Le côté mystique, mystérieux et sombre lui est propre... j'aime bien... mais peut-être pas l'histoire que je préfère. 

Ma note : 2,5/5

Confidences du Japon = Muriel Jolivet

Instantanés de bizarreries japonaises.

Où l’on apprend que certains bars sont tenus par des moines, qu’il est fatigant de tomber amoureux, qui sont les « herbivores », ce qu’est un mari parfait ou que cache la gentillesse légendaire des Japonais… 
Installée au Japon depuis plus de quarante ans, Muriel Jolivet observe la société nippone avec acuité et nous livre ces Confidences sur un monde parfois aux frontières de notre réel occidental…

Illustrés par le mangaka J.P. Nishi, ces textes surprenants, heureux ou tragiques, construisent un puzzle qui évoque toute la complexité d’une société toujours tiraillée entre son passé et son avenir, et qui devra faire face à de grands défis pour maintenir, en ce nouveau siècle, sa place dans le monde.

Un livre mêlant humour et sociologie.

EXTRAIT

Ce livre est le troisième volet de mes chroniques japonaises qui se présentent comme un patchwork d’instantanés que j’ai pris plaisir à juxtaposer à coup de minuscules touches de couleur, à la manière des impressionnistes. Les deux premiers volumes, Tokyo Memories (Antipodes, 2007) et Tokyo instantanés (Elytis, 2012) ont été écrits en tandem avec mes étudiants. Même si nous poursuivons ensemble un journal dans une classe que j’aime appeler un atelier d’écriture, j’ai rédigé seule ce petit journal qui repose encore sur des propos entendus ou des nouvelles qui m’ont étonnée, amusée ou intriguée, car depuis plus de quarante ans que je vis au Japon, mon intérêt pour les gens qui m’entourent n’a pas varié. Absolument tout ce qui figure dans ce livre est authentique et même si le travail de laboratoire est dissimulé, chacune de ces histoires a été soigneusement vérifiée et documentée…

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

- « Muriel Jolivet livre ses étonnements communicatifs, ses découvertes agrémentées de coups de cœur ou de coups de griffe ironiques, dans des pages sourcées et organisées en notules illustrées par le mangaka J. P. Nishi. Ces instantanés, qui constituent un kaléidoscope-zapping ébouriffant, donnent parfois le tournis devant tant de trouvailles, d’irrationnel et de subtilités. Mais ils forment un fil rouge pour camper un pays qui doute. (…) En s’immisçant dans les coulisses de la réussite et de l’harmonie érigées en système, Muriel Jolivet dresse le portrait d’un Japon en crise familiale, démographique, matrimoniale. Ses méditations sont une nouvelle invitation à s’immerger dans un pays qui est à lui seul une planète. » (Arnaud Vaulerin, Libération)

- « Le livre regorge de petites curiosités décrites par Muriel Jolivet et parfois illustrées de façon drôle et dynamique par le célèbre J.P. Nishi (À nous Paris). Le lecteur apprendra ainsi qu’il existe, après les Neko Cafés (cafés où le client peut jouer avec des chats), des Fukurô Cafés (cafés à hiboux), mais aussi des bars à bonze (dans lesquels le client peut converser sereinement avec un bonze barman). Il est aussi possible pour les hommes d’aller faire du tricot, de la couture ou d’autres activités dans des clubs de travaux manuels qui leur sont destinés. Et pour communiquer avec son chat ou son chien, quoi de mieux qu’un traducteur (un humain ou un petit appareil créé spécifiquement dans ce but) ! Un livre mêlant sociologie et humour pour mieux connaître et comprendre (si possible) le Japon actuel. » (Alice Monard, Journal du Japon)

A PROPOS DE L’AUTEUR

L’auteur, Muriel Jolivet, vit au Japon depuis quarante ans et enseigne à l’Université Sophia de Tokyo. Sociologue de formation, elle observe avec un œil de lynx la société japonaise au quotidien, qui reste pour elle un « émerveillement permanent ». (Amazon)

Mon avis : 
Franchement, je n'ai pu qu'adorer ce livre puisqu'il m'a replongée dans une réalité certaine. Tout compte fait, le Japon n'a pas tant changé depuis 20 ans, les Japonais restent fidèles à eux-mêmes. 
Cet ouvrage est vraiment une référence où l'on n'y trouve pas de "bêtises"... je le recommande à ceux qui ont envie de connaître ce pays et sa mentalité!!

Ma note : 4/5

Une langue venue d'ailleurs = Mizubayashi Akira

Le jour où je me suis emparé de la langue française, j'ai perdu le japonais pour toujours dans sa pureté originelle. Ma langue d'origine a perdu son statut de langue d'origine. J'ai appris à parler comme un étranger dans ma propre langue. Mon errance entre les deux langues a commencé. Je ne suis donc ni japonais ni français. Je ne cesse finalement de me rendre étranger à moi-même dans les deux langues, en allant et en revenant de l'une à l'autre, pour me sentir toujours décalé, hors de place. Mais, justement, c'est de ce lieu écarté que j'accède à la parole ; c'est de ce lieu ou plutôt de ce non-lieu que j'exprime tout mon amour du français, tout mon attachement au japonais. Je suis étranger ici et là et je le demeure. (Amazon)

Mon avis : 
Mouais... bof... un peu soporifique.... il parle beaucoup de littérature, d'extraits qu'il affectionne... 

Ma note : 2/5

Le club Vesuvius = Mark Gatiss

« Imaginez Oscar Wilde installé dans une chaise longue avec, dans une main, une cigarette hors de prix, et dans l’autre, Le Club Vesuvius, plié de rire à la lecture de ce petit chef-d’œuvre. Tout est dit. » The Times Literary Supplement

« Impossible d’imaginer un début littéraire plus délicieux, plus décadent, plus macabre, plus inventif et plus hilarant que celui-ci. J’en redemande ! » Stephen Fry

Lucifer Box : portraitiste de talent, dandy, bel esprit, mauvais garçon... et le plus irrésistible des agents secrets de Sa Majesté. Lorsque les meilleurs scientifiques du royaume sont mystérieusement assassinés, Lucifer se lance dans une enquête trépidante, des clubs de gentlemen londoniens aux bas-fonds volcaniques de Naples, tout en déterminant la façon la plus seyante de porter un œillet blanc à sa boutonnière.

Une immersion étourdissante dans les arcanes d’un ordre occulte aux pratiques décadentes – et de ses secrets les plus sulfureux. (Amazon)

Mon avis : 
J'ai beaucoup aimé le personnage assez sarcastique et ironique... le style d'écriture et l'histoire m'ont assez plus. L'humour est grinçant, les situations peu banales et cocasses.

Ma note : 3,5/5

vendredi 18 mars 2016

L'Univers expliqué à mes petits-enfants = Hubert Reeves

" Je dédie ce livre à mes petits-enfants. En commençant à l'écrire, j'ai pris conscience de la valeur symbolique que je pouvais lui donner : celle d'un testament spirituel. Que voudrais-je leur raconter sur ce grand Univers qu'ils continueront à habiter après moi ? J'ai alors songé à ces conversations avec l'une de mes petites-filles, où nous observons, étendus sur des chaises longues, le ciel étoilé. Je me suis senti revivre ces soirées de mois d'août avec mes enfants qui me bombardaient de questions pendant que nous attendions les étoiles filantes. La contemplation de la voûte céleste et le sentiment de notre présence parmi les astres provoquent un désir partagé d'en savoir plus sur ce mystérieux cosmos que nous habitons. Il sera question de science, ce qui n'exclut pas la poésie. " (Amazon)

Mon avis : 

ce monsieur est un amoureux des étoiles et de sa galaxie. Comment ne pas succomber au charme de ce conteur exceptionnel ? ce petit livre nous explique et nous dévoile les mystères de l'univers... un moment d'évasion assuré!

Ma note : 4/5

Petit Piment = Alain Mabanckou

L'histoire de Petit Piment, un jeune orphelin effectuant sa scolarité dans une institution d'accueil catholique. Lors de la révolution socialiste, il en profite pour s'évader. Adolescent, il commet toutes sortes de larcins. Il trouve refuge auprès de Maman Fiat 500 et de ses dix filles. Mais de nouvelles épreuves lui feront perdre la tête. (Amazon)

Mon avis : 

Une petite merveille que ce roman et tellement bien conté !
On se rend compte grâce à la plume fluide et humoristique de l'auteur à quel point le Congo a été mal mené après le changement de gouvernement...
Sans parler de la situation politique évoquée, on se régale à suivre Petit Piment dans ses bêtises et ses réflexions pertinentes. 
J'ai adoré découvrir cet auteur et je suis sûre de lire d'autres titres. 

Ma note : 5/5

Surprises de Noël = Andreï Kourkov



Y a-t-il plus chouette cadeau de Noël qu'une nuit dans une isba au milieu des bois enneigés, ou bien un tour en ville sur un tank immaculé ? Cela semble parfait, féérique, tout à fait charmant. Mais dans l'Ukraine un peu folle d'Andreï Kourkov, les choses peuvent vite dégénérer, votre promise se retrouver nue sur scène, votre tour opérateur s'avérer un adepte du tourisme extrême et la Révolution orange contrecarrer vos projets pour les fêtes... Avec ces nouvelles inédites, Kourkov se joue du genre avec brio pour offrir trois fables de Noël empreintes de bizarrerie et d'optimisme. (Amazon)

Mon avis : 

Un recueil de trois nouvelles qui ne m'ont pas spécialement plues sauf la dernière, la chute est bien travaillée. 
Ce fut tout de même sympa de découvrir cet auteur. 

Ma note : 2/5