lundi 5 décembre 2016

La nuit de feu = Eric-Emmanuel Schmitt

« Je suis né deux fois, une fois à Lyon en 1960, une fois dans le Sahara en 1989. »
Une nuit peut changer une vie.
À vingt-huit ans, Éric-Emmanuel Schmitt entreprend une randonnée à pied dans le Sahara en 1989. Parti athée, il en reviendra croyant, dix jours plus tard.
Loin de ses repères, il découvre une vie réduite à la simplicité, noue des liens avec les Touareg. Mais il va se perdre dans les immenses étendues du Hoggar pendant une trentaine d heures, sans rien à boire ou à manger, ignorant où il est et si on le retrouvera. Cette nuit-là, sous les étoiles si proches, alors qu il s attend à frissonner d angoisse, une force immense fond sur lui, le rassure, l éclaire et le conseille.
Cette nuit de feu ainsi que Pascal nommait sa nuit mystique va le changer à jamais. Qu est-il arrivé ? Qu a-t-il entendu ? Que faire d une irruption aussi brutale et surprenante quand on est un philosophe formé à l agnosticisme ?

Dans ce livre où l aventure se double d un immense voyage intérieur, Éric-Emmanuel Schmitt nous dévoile pour la première fois son intimité spirituelle et sentimentale, montrant comment sa vie entière, d homme autant que d écrivain, découle de cet instant miraculeux. (Amazon)

Mon avis :

Comme toujours E.E.Schmitt sait mettre les mots là où il faut. Ce texte, plus qu'un roman, est une belle méditation sur l'origine de la vie, la vie en elle-même et... sur la mort, sur ce qu'elle peut causer chez une jeune personne à qui on a annoncé le décès d'un proche en lui disant qu'il s'est endormi à jamais. 
Il est bon de se retrouver avec soi-même, en plein désert pour nous apprendre à dompter nos propres angoisses. 
Et Dieu dans tout ça ? 

Quelques citations : 
"Avancer m'avait donné le sentiment de me rendre quelque-part, tandis que m'arrêter me prouvait que je n'étais nulle part" (P48) A méditer !!
"On ne peut suivre qu'un chemin à la fois." (P56) Eh oui, il s'en est bien rendu compte dans ce périple en plein désert ! A méditer aussi !
"Sur terre, ce ne sont pas les occasions de s"émerveiller qui manquent, mais les émerveillés." (P63)

Ma note : 5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire