jeudi 6 février 2014

Porte de la Paix Céleste

Zhao le soldat et Ayamei la révoltée courent dans les rues sombres de Pékin. La Place de la Paix céleste - Tian an men - est couverte du sang des étudiants. Du sang des enfants de la Chine moderne, élevés dans l'idéologie étouffante du régime maoïste. Ayamei se cache, quitte Pékin, parcourt des milliers de kilomètres, fuit vers la montagne. Inlassablement Zhao suit sa piste. Son acharnement est à la mesure de sa foi dans le régime : aveugle et sans limites. Au terme de cette longue traque, Zhao, l'autodidacte inflexible, se laissera-t-il contaminer par la beauté et la poésie ou choisira-t-il d'ignorer la voie qu'Ayamei est en train de découvrir ?Il deviendra, malgré lui, le héros d'un roman d'amour sobre, pudique et troublant. (Amazon)

Mon avis :
C'est un mélange de violence et de douceur qui donne autant de puissance à ce récit court que de tendresse. Les contrastes sont forts entre la guerre et la poésie. L'extrême violence du début est noyée dans la beauté du reste du récit perdu dans les profondeurs de la montagne sacrée où les esprits ont raison de nous.
"La beauté est si fugace qu'elle ne laisse pas de trace."


Ma note : 5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire