dimanche 24 février 2013

L'odeur du figuier


Cinq histoires dont le point commun est une odeur de figuier sauvage, une senteur d’été, d’enfance, de nostalgie, un parfum de délicieuse mélancolie, comme une chanson qui ramènerait à une époque oubliée. Et cette odeur, suspendue sur la vie des personnages, est là pour leur rappeler que la joie est admissible et recevable, qu’elle est tout près, qu’il faut la respirer, y croire, la laisser planer et s’en envelopper.

Coup d’essai, coup de maître. Quelques pages et nous voilà imprégnés de cette poésie d’ombre et de silence, où les phrases sont tantôt des couperets, tantôt des soupirs. Isabelle Bunisset, Sud Ouest.

L’amour, la séparation, la douceur, les morsures du couple, la solitude éternelle et puis l’Italie d’hier à aujourd’hui, avec sa tendresse, sa gourmandise : Simonetta Greggio montre une fois de plus son talent de narratrice. Gilles Pudlowski, Le Point.  (Amazon)

Mon avis : 
Les nouvelles sont captivantes, odorantes et surtout elles nous emmènent ailleurs. Et cet ailleurs, il faut le lire pour en savourer les couleurs. 
Le style de l'auteur est un particulier, quoi que... on s'y fait bien. 

Ma note : 3,5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire