dimanche 19 mai 2013

Tous les matins du monde


Présentation de l'éditeur
Le violiste Marin Marais, au crépuscule de sa vie, se souvient de son maître, Sainte Colombe. Janséniste austère et intransigeant, Monsieur de Sainte Colombe cherche la perfection en tout. A ses côtés, le jeune Marin Marais apprend la viole de gambe bien sûr, mais aussi l'amour avec Madeleine. Alain Corneau a réalisé Tous les matins du monde comme s'il peignait une toile tout en clair-obscur. Au son lancinant de la viole de gambe répondent la voix de Gérard Depardieu et la langue épurée de Pascal Quignard. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.
Quatrième de couverture
«Il poussa la porte qui donnait sur la balustrade et le jardin de derrière et il vit soudain l'ombre de sa femme morte qui se tenait à ses côtés. Ils marchèrent sur la pelouse.Il se prit de nouveau à pleurer doucement. Ils allèrent jusqu'à la barque. L'ombre de Madame de Sainte Colombe monta dans la barque blanche tandis qu'il en retenait le bord et la maintenait près de la rive. Elle avait retroussé sa robe pour poser le pied sur le plancher humide de la barque. Il se redressa. Les larmes glissaient sur ses joues. Il murmura : - Je ne sais comment dire : Douze ans ont passé mais les draps de notre lit ne sont pas encore froids.» (Amazon)

Mon avis : 
Un chef d'oeuvre, une écriture qui vous transmet la passion de cet homme qui ne vit que pour l'amour des notes, plongé dans le chagrin qu'il éprouve de ne pas pouvoir (savoir?) communiquer avec le monde extérieur. Un homme brisé par l'amour que la détresse (la vieillesse?) alourdit ses compositions. Monsieur de Sainte Colombe ne connait pas seulement la musique, elle coule dans ses veines et habite son âme.   
Il y a tant de passages touchants que je ne saurais lequel vous présenter... un petit bijou à savourer mot par mot, page par page... 

Ma note : 5/5

3 commentaires: