samedi 11 mars 2017

Theodore Boone T01 = John Grisham

Extrait
Théodore Boone, qui était fils unique, prenait son petit déjeuner tout seul. Son père, un avocat très occupé, avait l'habitude de partir chaque jour dès 7 heures et de retrouver des amis, toujours au même snack du centre-ville, pour échanger des nouvelles. La mère de Théo, elle aussi avocate et elle aussi très occupée, essayait de perdre cinq kilos depuis dix ans et s'était persuadée que son petit déjeuner devait se limiter à prendre un café en lisant le journal. Théodore mangeait donc seul dans la cuisine, céréales au lait froid et jus d'orange, un oeil sur la pendule. Chez les Boone, il y avait des pendules partout, preuve manifeste qu'ils étaient des gens organisés.
Théodore n'était pas entièrement seul. À côté de lui, son chien mangeait lui aussi. Juge était un bâtard parfait, dont l'âge et le pedigree resteraient à jamais un mystère. Théo l'avait sauvé de la mort in extremis, deux ans plus tôt, quand il était passé devant le tribunal des animaux pour la seconde fois - et Juge lui en était toujours reconnaissant. Il aimait les céréales, les mêmes que Théo, avec du lait entier, jamais de lait écrémé, qu'ils mangeaient ensemble en silence, tous les matins.
À 8 heures, Théo rinça les bols dans l'évier, remit le lait et le jus de fruits dans le frigo, alla jusqu'au bureau et embrassa la joue de sa mère.
- Je pars au collège.
- Tu as l'argent pour le déjeuner ?
Elle lui posait cette même question cinq matins par semaine.
- Comme toujours.
- Et tu as fini tes devoirs ?
- Tout est parfait, maman.
- Et je te vois quand ?
- Je passerai après les cours.
A la sortie du collège, Théo s'arrêtait toujours au bureau de sa mère, ce qui n'empêchait pas Mrs Boone de le lui demander tous les jours.
- Fais attention à toi, lui dit-elle, et rappelle-toi de sourire.
Cela faisait plus de deux ans que Théo portait un appareil dentaire dont il voulait désespérément se débarrasser. Et pendant ce temps, sa mère lui rappelait en permanence de sourire pour que le monde soit plus heureux.
- Mais je souris, m'man.
- Je t'aime, Teddy.
- Moi aussi, maman.
Revue de presse
Grisham est un maître ! --The Washington Post

John Grisham est notre meilleur écrivain --New York Times


Résumé :
Théo Boone, 13 ans, fils unique de parents avocats, partage son temps libre entre des visites au juge Henry Gantry et le cabinet de ses parents. Il recueille malgré lui le témoignage terrifié d'un clandestin : il détient des éléments accablants dans le plus important procès pénal que la ville ait connu, celui de Pete Duffy, accusé du meurtre de son épouse Myra. Mais, s'il raconte, il sera arrêté. (Amazon)

Mon avis : 
J'ai bien apprécié ce petit roman qui explique clairement les termes juridiques et le système judiciaire. 
Theo est un jeune garçon plein d'entrain et de réflexion ce qui donne un vrai charme à la lecture. J'ai trouvé un peu dommage que de nouveaux éléments n'arrivent qu'à la fin mais cela n'enlève pas le charme de l'histoire puisque la suite se trouve dans le prochain volume. Finalement, ce n'est pas plus mal... 
Un roman jeunesse simple d'accès et enrichissant. 

Ma note : 4/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire