dimanche 2 juin 2013

La septième vague

Quatrième de couverture : 
Leo Leike était à Boston en exil, le voici qui revient. Il y fuyait la romance épistolaire qui l'unissait en esprit à Emmi. Elle reposait sur trois principes : pas de rencontres, pas desexe, pas d'avenir. Faut-il mettre un terme à une histoire d'amour où l'on ne connaît pas le visage de l'autre ? Où l'on rêve de tous les possibles ? Où les caresses sont interdites ? «Pourquoi veux-tu me rencontrer ?» demande Leo, inquiet. «Parce que je veux que tu en finisses avec l'idée que je veux en finir», répond Emmi, séductrice. Alors, dans ce roman virtuose qui joue avec les codes de l'amour courtois et les pièges de la communication moderne, la farandole continue, le charme agit, jusqu’au dernier mail…

La Septième Vague est comme une série télé : on en devient vite accro. Bruno Corty, Le Figaro littéraire.

Mon avis : 
Toujours aussi délicieux, aussi subtile, aussi bavard. La correspondance Leo-Emmi n'est pas dénuée de sens, ils ne parlent pas pour ne rien dire ou presque. Chaque mot, chaque phrase renferme une émotion et qui plus est, c'est tellement écrit avec finesse que l'on ne se lasse pas jusqu'au dernier mot de ce échange. 

Ma note : 5/5+++ Coup de coeur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire