vendredi 1 octobre 2010

Le dernier Kabbaliste de Lisbonne

Présentation de l'éditeur

Dans ce thriller érudit, qui connaît un triomphe international, Richard Zimler tisse une toile machiavélique à travers les aléas de l'histoire et les secrets des textes religieux. Le Dernier Kabbaliste de Lisbonne s'ouvre en avril 1506. En pleine Inquisition, les membres de la communauté juive de Lisbonne sont contraints à se convertir au catholicisme, ceux qui résistent sont exterminés. La terreur est partout. Au cœur des massacres, on retrouve dans une salle de prière clandestine les corps nus d'Abraham Zarko, le grand kabbaliste de Lisbonne, et d'une jeune inconnue. Ils ont eu la gorge tranchée, suivant les rites du chohet, boucher qui respecte la tradition cacher. S'ensuit une passionnante enquête menée par Bérékhia, le neveu de Zarko. Celle-ci le conduit au sein d'un mystérieux groupe de mystiques auquel appartenait son oncle, le cercle des moissonneurs. Le grand kabbaliste avait-il mis au jour un complot ? Et si les clés de l'énigme résidaient dans la précieuse Haggadah. livre saint sur lequel travaillait Zarko au moment de sa mort, et qui a disparu ? Dans la lignée de Iain Pears et d'Arturo Pérez-Reverte. Richard Zimler assemble avec une habilité confondante les pièces de ce puzzle policier, construit autour d'un fait historique et religieux terrifiant. " Je défie quiconque de lâcher ce livre avant la fin. " Nicolas Shakespeare " J'ai adoré Le Dernier Kabbaliste de Lisbonne. " John Le Carré " Un Umberto Eco américain. " Francis King.

Description

Manuscrit tracé à la plume de roseau, Le dernier kabbaliste de Lisbonne s'ouvre en avril 1506 de l'ère chrétienne : la communauté juive a été forcée de se convertir. Mais ces nouveaux chrétiens, qui continuent à suivre clandestinement leurs rites, sont tenus pour responsables de la sécheresse et de la famine, et massacrés. Au coeur du pogrom, deux corps nus sont découverts, gorges tranchées suivant les rites du chohet, boucher qui respecte la tradition casher et, que le Très-Haut nous soit clément, la précieuse Haggadah sur laquelle travaillait la grand kabbaliste a disparu. S'ensuit une folle enquête car il apparaît vite que seule une poignée de crypto-juifs peut avoir commis ces crimes. De la reine Esther à Zorobabel, ces pages sont autant de portes ouvertes sur le mystère du cercle des moissonneurs. Charade rabbinique, énigme aux parfums de consoude, Zimler replace, grâce à la psalmodie, les pièces de ce puzzle policier sur fond d'azulejos. (Amazon)


Vraiment très dommage. Le résumé est alléchant, le sujet passionnant mais l'écriture soporifique. Je n'ai pas pu continuer la lecture, j'ai abandonné en pleine première moitié, je ne me fais pas du tout au style de l'auteur. Ça traine en longueur, c'est monotone, pas de rebondissements, bref... un somnifère.
Et pourtant, cela faisait un bout de temps que ce livre m'attirait. D'ailleurs, j'avais noté d'autres titres de cet auteur, je ne sais pas si je m'y aventurerai...
En tout cas, peut-être pourrait-il plaire à d'autres ?
Je ne le noterai pas.... 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire