lundi 15 avril 2013

Je vais bien, ne t'en fais pas


Que peut-on attendre d'un frère aimé et admiré, disparu brutalement à la suite d'une querelle avec le père, sinon quelques nouvelles ? Un simple mot, comme "Je vais bien, ne t'en fais pas". Ce serait à peu près suffisant pour rassurer Claire, l'héroïne du premier roman d'Olivier Adam. En attendant un hypothétique retour, la jeune femme a quitté la banlieue pour être caissière dans un supermarché de Paris. Un travail sans importance pour une jeune femme sans importance. Une manière de penser à autre chose, entre deux rencontres anodines et dérisoires.
Olivier Adam a bâti son récit original sur la fuite de ce frère, prétexte pour parler tout doucement de la disparition, de l'absence, du mal-être. L'exercice se poursuit dans un style minimaliste où les éléments avancent sûrement, inexorablement, comme sur un tapis roulant.

Livre du non-dit, des secrets familiaux, tout en pointillés Je vais bien, ne t'en fais pas revêt les formes mécaniques d'un code-barre, la simplicité d'un ticket de caisse. Tous les éléments aussi d'un univers quotidien, ébauchés dans le détail, à coup d'anecdotes pleines de tendresse, de compassion juste. --Céline Darner

Présentation de l'éditeur
C’est le récit d’un drame familial, d’un cruel apprentissage de la vie et du monde du travail. C’est aussi un thriller psychologique : la disparition d’un être cher, le quotidien entre loisir et travail à la caisse du Shopi, et puis le suspense qui enveloppe ce trou noir, ce manque, voilà les trois chemins que suit Claire, jeune fille tendre et fragile, affaiblie par l’absence de son frère. Un roman réaliste aussi étonnant qu’émouvant sur la douleur de la séparation. (Amazon)

Mon avis : 
Ce qu'on ressent à travers cette histoire c'est la présence permanente de l'absence. Une absence qui pèse, qui bouleverse les âmes. Et dans le même style, les non-dits agrémentent la vie des uns et des autres. 
On se doute, on pressent sans jamais vraiment parvenir à une conclusion. La mélancolie règne, la nostalgie plane et la fin est renversante. 
Ce n'est pas vraiment de la lenteur que l'on ressent à travers ce livre mais plutôt,on se sent absorbé par la spirale sans fin du mal-être. 

Ma note : 3/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire